logos

Publijet : la sécurité au travail en toutes lettres

  • 28 février 2017
Montage de lettres en éclairage direct pour enseigne lumineuse. Atelier Publijet, février 2017. Montage de lettres en éclairage direct pour enseigne lumineuse. Atelier Publijet, février 2017. Copyright photos : Nicolas Brizé

Publijet conçoit, fabrique et pose des enseignes et des signalétiques depuis 15 ans. Comment cette TPE varoise, confrontée à une problématique multi-risques, a-t-elle compris l’intérêt de la prévention des risques professionnels, en associant un plan d’actions à chaque situation de travail ?

David Mathieu était seul lorsqu’il a créé Publijet en 2001 à Hyères. En 2007, son chiffre d'affaires double et il déménage ses locaux à la Farlède, près de Toulon. 600 m2 de surface (bureaux administratifs compris), dont 450 m2 pour les ateliers : découpe-pliage, soudure-montage, peinture, adhésif et imprimerie…

n26 reportage photo1Aujourd'hui 13 salariés travaillent sur site : conception graphique, fabrication en atelier, jusqu’à la pose chez le client final : panneaux publicitaires, enseignes lumineuses, caissons, totems, décorations de vitrines et de véhicules… « Les salariés sont tous polyvalents. Soudeur, tourneur fraiseur ou peintre, ils passent de la découpe au pliage et au montage. » Les matériaux utilisés sont nombreux : aluminium, ferraille, PVC, plexiglas, bandes adhésives… « et bientôt le néon qui revient au goût du jour ».

En 2013, c’est la « prise de conscience ». David Mathieu commence à investir dans des équipements sécurisés et en 2015, il fait appel aux services de la Carsat Sud-Est pour approfondir sa démarche de prévention des risques. Isabelle Compiègne, contrôleur de sécurité, découvre une activité « quasi industrielle ». En raison de son code risque 744 BB (« Créateurs et intermédiaires de publicité : régies publicitaires »), l’entreprise échappe aux aides financières nationales ou régionales. Pourtant, son activité est « multi-risques ».

n26 reportage photo2Les risques liés à l’activité d’enseigniste : risque chimique lié aux fumées de soudage ; risques liés aux manutentions ; risques de coupure ou d’écrasement à l’atelier de découpe (des lettres et panneaux) ; la mise en peinture est associée à l’utilisation de produits chimiques plus ou moins toxiques ; le travail en hauteur ou à proximité de sources électriques nécessite des actions de prévention spécifiques lors de la pose en toiture ou en façade de magasins.

Isabelle Compiègne se réjouit de constater l’évolution de cette TPE qui, « de façon autonome, a compris l’intérêt et le fonctionnement de la prévention des risques professionnels. »

  • Pour chaque risque identifié, Publijet a su mettre en œuvre des réponses techniques adaptées très rapidement, que ce soit par l’acquisition de machines, la formation ou la réorganisation des espaces de travail.
  • Des pistes d’amélioration subsistent encore. La démarche de prévention est continue.

PAROLE DU PROFESSIONNEL : « J’investis dans des machines haut de gamme, entièrement sécurisées, qui sont faites pour durer. » David Mathieu, gérant de Publijet

Découpe & pliage

La cisaille et la presse plieuse ont été ses 2 premiers investissements en 2013.

Cisaille à panneaux

n26 reportage photo3David Mathieu se souvient : « Auparavant, on découpait dans un bruit infernal. Sans parler des coupures sur les mains. Les bords étaient tranchants. »

Cette cisaille à panneaux (en photo) est silencieuse et elle intègre des protections anti-écrasement. « Les panneaux sont rangés sur un rack à proximité. Une table roulante permet de les déplacer sans effort, on les cale à la hauteur voulue sur la cisaille, on appuie sur le bouton et la lame descend toute seule pour la découpe. » La coupe est nette. Pas de risque de coupure en manipulant les panneaux. Des capteurs sur les côtés de la machine détectent toute présence humaine pour stopper la machine.

Presse plieuse hydraulique

n26 reportage photo4 bLà aussi, la presse était extrêmement bruyante, en particulier lors du rainurage. Cette presse plieuse hydraulique réduit considérablement les manutentions manuelles et facilite les opérations de pliage grâce à sa pédale de commande intégrée.

Découpe automatique de PVC

n26 reportage photo5Installée dans un local fermé, séparée de l’atelier de montage, cette machine de découpe pour PVC est entièrement automatisée. L’opérateur positionne la plaque de PVC et paramètre les dimensions voulues sur l’écran d’ordinateur (au fond à gauche). La machine travaille toute seule, sans intervention humaine, ce qui évite l’inhalation des poussières de PVC et limite les manipulations manuelles. Il suffit de fermer la porte (au fond à droite).

Scie à commande bimanuelle

n26 reportage photo12Sur la photo, cette scie aluminium de dernière génération est quasi silencieuse. Elle inclut des protections anti-coupures et anti-écrasement. La pièce à découper est fixée par deux vérins hydrauliques qui se positionnent automatiquement à niveau. Le pupitre de commande bimanuelle oblige l’opérateur à maintenir ses mains à l’écart de la scie. La sécurité est maximale.

David Mathieu a également investi dans une scie à métaux (voir diaporama ci-dessous). La découpe est lubrifiée, ce qui réduit le bruit. Au final, « on produit mieux et plus vite, en étant totalement sécurisé. »

Point d’amélioration : la création d’une ligne de découpe va permettre de positionner les 2 scies (aluminium et ferraille) pour faciliter leur utilisation.

Risque chimique

Laboratoire de peinture ventilé

n26 reportage photo6En 2016, un local de préparation de peinture a été aménagé pour prévenir les risques liés à l’utilisation de solvants, diluants, colorants, peintures et autres vernis. Sur la photo, on aperçoit les rayonnages métalliques dans la pièce de stockage. Les produits sont étiquetés. Le local est propre, correctement ventilé, avec un système d’aspiration au plafond. « Ce local intègre également une machine à laver pour nettoyer le pistolet de peinture, ce qui évite au peintre d’entrer en contact avec les produits nocifs. »

Cabine de peinture ventilée

n26 reportage photo7En 2016, l'ancienne cabine de peinture devenue obsolète a été remplacée par une cabine ventilée (6x4 mètres) qui utilise un système d’aspiration au sol. L’air descend du plafond et il est aspiré au sol. De plus, il est chauffé. Le Laboratoire Inter Régional de Chimie de la Carsat Sud-Est (LIRC) a apporté des conseils techniques dans l'acquisition de la cabine et dans la mise en place du dossier de ventilation (mesure et suivi des vitesses d'air et débit).

Point d’amélioration : À moyen terme, David Marthieu a l’intention de substituer les produits par des peintures à l’eau. « C’est possible maintenant qu’on a la chauffe, même si cela nécessite un changement de stock et de process. » (lire à ce sujet l’aide-mémoire INRS ED 955 en fin d’article).

Fumées de soudage : bras d’aspiration mobile

n26 reportage photo82 soudeurs utilisent le procédé MIG aluminium ou métal. Ce bras d’aspiration (en photo) a déjà bénéficié d’un accompagnement de la Carsat Sud-Est. Il préfigure une installation plus complète.

Point d’amélioration : Publijet investira prochainement dans des torches aspirantes mobiles, destinées à capter les fumées de soudage à la source, complétées par une ventilation générale, avec deux buses d’aspiration au plafond. Le LIRC accompagnera la mise en place des deux systèmes d’aspiration. (guides INRS ED 695 et ED 668 en fin d’article).

Suppression des manutentions : le plotter de découpe adhésive

n26 reportage photo9Les rouleaux de matières adhésives de toutes les couleurs sont chargés dans ce plotteur de découpe. Entièrement automatisé, il rend la découpe plus rapide, plus précise, évitant ainsi les risques de coupures ou de troubles musculo-squelettiques à plus ou moins long terme.

À proximité, un second local est dédié à l’impression et à la plastification ; un troisième local abrite une table à écheniller les adhésifs. (voir diaporama ci-dessous)

Travail en hauteur : camion VL à nacelle

n26 reportage photo10Dernier investissement en janvier 2017 : l’achat d’un camion à nacelle. Il monte jusqu'à 21 mètres.

« Un tel investissement est rare chez les enseignistes, souligne David Mathieu. On fait généralement de la location. Mais pour nous, c’était devenu trop compliqué à gérer. La nacelle est toujours disponible dans l’entreprise. C’est plus sécurisant pour les poseurs. »

Son équipe de 2 poseurs a reçu une formation CACES Nacelle (Certificat d'aptitude à la conduite en sécurité). La pose peut durer entre ½ journée et 3 jours. Ce travail peut comprendre la fixation des lettres, le perçage, la visserie, la peinture, le branchement électrique. « Ils utilisent des ventouses pour charger les plaques et enseignes dans le camion ».

post it icompiegne« La prochaine étape consistera à repenser le document unique pour une meilleure prise en compte des situations de travail réelles et une formalisation concrète du plan d'action. Un travail autour des plans de prévention va également être engagé pour faire de ce document un réel outil d'évaluation des risques lors d'interventions chez les entreprises utilisatrices. » Isabelle Compiègne, contrôleur de sécurité, Carsat Sud-Est

Bientôt un Document Unique et un Plan de Prévention

Publijet s’est engagé à réaliser un DUER (Document Unique d’Évaluation des Risques) et à le mettre à jour régulièrement. « Ce Document Unique va permettre à l’entreprise de formaliser l’ensemble des risques en fonction de chaque situation de travail », indique Isabelle Compiègne. Le Plan de Prévention permettra quant à lui d’évaluer les risques lors des interventions sur des sites extérieurs, en particulier pour la pose d’enseignes. « C’est une évaluation commune avec l’entreprise utilisatrice. Le Plan de Prévention est obligatoire dès lors que des travaux dits dangereux sont réalisés, en l’occurrence le travail en hauteur, les conditions d’accessibilité au chantier, le travail à proximité de sources électriques ou le risque amiante. » (guides INRS ED 6127 « Habilitation électrique » et ED 941 « Interventions d'entreprises extérieures » en fin d’article).

Néoniste, un métier qui renaît

Le néon revient au goût du jour en raison de sa longévité et de sa luminosité. Publijet va bientôt recruter un néoniste. « En plus de souffler le verre, le néoniste doit faire rouler une bille de mercure dans le tube de néon pour augmenter son éclat lumineux. » Et ça marche. « Nous allons bientôt aménager un espace dédié au bâti de pompage. Il sert à vider le tube néon pour insérer le gaz à l'intérieur. »

Pour Isabelle Compiègne, « ce procédé nécessite une parfaite maîtrise de l’activité ». Mortel par inhalation, le mercure est une substance CMR (Cancérogène, Mutagène Reprotoxique). L’installation du bâti de pompage fera l’objet d’un suivi par le LIRC. (à lire le document INRS « Risques chimiques dans la filière de valorisation des lampes » en fin d’article).

Investissement : Publijet, La Farlède (83210)

Enseigniste, 13 salariés, surface ateliers 450 m2 (hors bureaux)

Chiffre d'affaires 2016 : 1,3 millions €

Cisaille à panneaux + presse hydraulique : 70 000 € (achat neuf)

Découpe automatique Fraiseuse Alu Bois & PVC : 15 000 € (achat occasion, sinon 80 000€ neuf)

2 scies (aluminium et métaux) : 7 000 € et 3 000 € (neuf)

1 scie panneaux  verticale : 10 000 € (occasion)

Laboratoire de peinture ventilé : 1 000 € (fait maison, sinon 4 000 €)

Cabine de peinture : 25 000 € (neuf)

Bras d’aspiration mobile : 200 € (occasion, sinon 2 500 € neuf)

Plotter de découpe : 8 000 € (neuf)

Camion VL à nacelle : 35 000 € (occasion, sinon 75 000 € neuf)

En savoir plus :

Fumées de soudage

Guide ED 695 Principes généraux de ventilation, INRS 2015

Guide ED 668 Opérations de soudage à l'arc et de coupage, INRS 2010

Travail en hauteur

Risques liés aux chutes de hauteur. Ce qu'il faut retenir, Dossier INRS 2014

Travaux de peinture

Guide ED 839 Cabines d'application par pulvérisation de produits liquides. Guide pratique de ventilation n° 9.1, INRS 2008

Guide ED 955 : Peintures en phase aqueuse (ou peintures à l'eau) : composition, risques toxicologiques, mesures de prévention, INRS 2005

Risque électrique

Guide ED 6127 : L'habilitation électrique, INRS 2015

Plan de Prévention

Guide ED 941 : Interventions d'entreprises extérieures, INRS 2009

Néon

Risques chimiques dans la filière de valorisation des lampes, INRS, Document pour le médecin du travail, 2011

 

 

367 fois Dernière modification le 28 février 2017
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Fil d'Actu

Flash comité RPS 83 : Faire réaliser un diagnostic approfondi en s’appuyant sur des ressources externes à l’entreprise

Devant la complexité ou la gravité des situations rencontrées, (conflits d’équipe, évènement traumatique, absentéisme ou turn over excessif, organisation du…

Flash comité RPS 83 Quelle est la place des RPS dans le DUER ?

Proposition d'outils pour intégrer les RPS dans le DUER Parce qu’ils peuvent être induits par l’activité elle-même ou générés par…

Abonnez-vous à la lettre d'informations

Tenez-vous informés de toutes les nouveautés en vous abonnant à nos newsletters.

Le Saviez-vous

Evolution de la tarification de l'Assurance maladie – risques professionnels : tour d’horizon

La période entre 2017 et 2022 va marquer une évolution dans la tarification des accidents du travail et des maladies professionnelles. Des démarches simplifiées devront améliorer la  prévention dans les entreprises.

Document harmonisé des organisations de livraison (DHOL)

Les opérations de livraison sur chantier exposent les livreurs, réceptionnaires et autres salariés à des risques d’accident très graves.

Le Droit à la déconnexion : qu’est ce qui a changé pour les salariés ?

La loi travail du 8 août 2016 introduit dans son article 55 le droit à la déconnexion. Celui-ci permet aux salariés de concilier vie personnelle et vie professionnelle, tout en luttant contre les risques de burnout. Et pour éviter celui-ci, les salariés doivent avoir la possibilité, en dehors des heures…

Le kiosque

Référence ED 4447

Référence ED 4446

Référence ED 6287

Référence ED 6290

Référence ED 6285

Référence DI 104

0
Partages