logos

Métier : conducteur de poids lourd

  • 03 octobre 2017
M. Tahar, Transports François. Septèmes-les-Vallons (13). M. Tahar, Transports François. Septèmes-les-Vallons (13). Copyright : Nicolas Brizé

L'entreprise Transports François travaille exclusivement en sous-traitance pour des groupes de transport. M. Tahar Djemai , 39 ans, nous fait partager son expérience. Il a tout connu : les camions porteurs isolés pendant 8 ans, et les tracteurs routiers (semi-remorques) depuis 9 ans. Aujourd'hui, il est animateur prévention.

Pouvez-vous décrire votre métier ?

Chaque matin, je me rends chez le donneur d'ordre à Marseille et j'attèle la remorque qui m'est dédiée. En général, elle est déjà chargée. La tournée d'un tracteur dure en moyenne 6 heures au volant pour 3 à 5 livraisons, par exemple une triangulaire entre Arles (13), Orange (84), Bollène (84), Nîmes (30) et retour à Marseille (13).  Je livre des plateformes logistiques, dans des zones industrielles adaptées aux PL. La distribution de messagerie, c'est très différent. Les porteurs sont payés à la fiche. Jusqu'à 30 clients par jour à livrer en centre-ville. Il y a beaucoup plus de manutention. Chargement, déchargement, et parfois le tri des colis ! J'y ai perdu mes cheveux pendant 8 ans.

Avez-vous constaté des évolutions ces 10 dernières années ?

Pour les tracteurs, les règles sont devenues strictes sur les plateformes. Avant de se mettre à quai, on doit signer le protocole de sécurité et on nous attribue un emplacement. Si le cariste ne nous voit pas, il a ordre de ne pas charger. C'est très sécurisant. Les principaux risques ont lieu lors du chargement / déchargement. Chez les porteurs, il y a beaucoup plus de stress. Le rythme est effréné. La concurrence les pousse à accepter des missions qu'ils ne devraient pas faire. « Si tu ne livres pas, le concurrent va livrer à ta place. » Il faut parfois accepter de perdre un client.

Lors de vos tournées, avez-vous des exemples concrets de mesures mises en place par les clients qui ont amélioré votre sécurité et vos conditions de travail ?

n32 itw photo1Oui, sur les plateformes logistiques. Le blocage automatique à quai nous évite de penser à retirer la cale manuelle. Aucune opération n'est réalisée tant qu'on n'a pas remis les clés. Le port des EPI est obligatoire : chaussures de sécurité, gilet, casque, lunettes... De plus en plus, la vitesse est limitée à moins 20 km/h.

Et dans votre entreprise ?

Transports François a investi dans 6 tracteurs neufs, avec boîte de vitesse automatique et ralentisseur hydraulique Telma : 6 positions pour stabiliser la vitesse en fonction du pourcentage de pente. Je ne freine quasiment plus en roulant, sauf pour m'arrêter. Il y a beaucoup d'options : détecteur anti-collision, alerte sonore de franchissement de ligne (Afil), climatisation... Pour les porteurs, du matériel a été mis à disposition : transpalettes, diables, EPI. J'ai la chance d'avoir un patron très réactif. Dès que je lui demande de changer une pièce, c'est fait dans les 24h. Les heures de conduite sont respectées. 2 fois 4h30 de route maximum, avec une pause de 45 mn obligatoire. Le décompte est enregistré sur la carte de chaque conducteur. Notre travail est systématiquement analysé par rapport aux anomalies relevées.

Récemment, votre direction a-t-elle mené des actions prévention qui ont eu un impact sur les équipes ?

J'ai suivi une formation animateur prévention TRM1. Analyse de situations de travail, repérage des risques, actions de prévention... Je les applique à moi-même. Récemment, un jeune conducteur m'a signalé un problème sur son hayon qu'il devait forcer toute la journée. Il se plaignait du dos. Nous avons décidé d'arrêter son camion et il a été réparé. C'est une action simple pour anticiper les risques.

Comment décririez-vous vos relations de travail avec les donneurs d’ordre, les chargeurs et les clients livrés ?

n32 itw photo2On fait toujours remonter les informations au donneur d’ordre. Si je signale un risque et que la 2e fois, il n'a pas bougé, alors j'appelle mon patron. C'est lui qui prend la décision de refuser ou pas la mission. Il est primordial de bien connaître l'environnement chez son client. La première fois, je descends regarder la zone de manœuvre à quai. Si je sens que je peux accrocher le camion ou que la manœuvre est compliquée, je n'y vais pas et j'appelle mon patron. Dans la pratique, il nous donne toujours raison.

Avez-vous des exemples de situations qui restent difficiles ?

Certains clients nous obligent à vider les remorques pour ne pas avoir à payer des agents de quai !  Sinon j'ai vu une remorque non conforme, ou l'absence d'équipements adaptés mis à disposition des conducteurs.... Récemment, un client a retiré tous les transpalettes électriques sur son quai. Nous avons dû utiliser des transpalettes manuels pour tirer des palettes de 800 kg ! Nous avons pris des photos pour constater la situation. Et nous avons relu les clauses du contrat, un truc appris en formation animateur prévention. Il est dans son tort !

Un jeune se présente pour exercer le métier de conducteur : quels sont vos conseils prévention ?

Le responsabiliser. Il doit respecter la vitesse et le code de la route. Ne pas hésiter à signaler un danger. Je l'accompagne pendant 5 jours en tournée. Le 2e jour, il prend en main le camion et fait les manœuvres chez les clients. C'est aussi le moment de le présenter au client. Le relationnel est très important dans le métier. À la fin de la semaine, son travail est évalué, y compris sur l'administratif : rédaction du compte rendu journalier et de la lettre de voiture.... La FIMO (Formation initiale minimale obligatoire) n'apprend pas toujours ces fondamentaux.

Transports François, Septèmes-les-Vallons (13240)

Secteur Transports routiers de fret de proximité, chiffre d'affaires 2016 : 2 millions €

30 conducteurs, couverture 7 départements

Flotte de 7 tracteurs routiers 44 tonnes, 20 porteurs (jusqu'à 19 t.), 1 semi-remorque

Coût d'un tracteur routier neuf : 110 000 €

Coût d'un porteur d'occasion : 35 000 €

1 Formations Animateur Prevention Transport Routier : délivrées par des organismes de formation habilités par le Réseau Prévention sur la base d'un référentiel national. L'Opca Transports et Services propose jusqu à fin 2017 des possibilités de financement particulières pour les entreprises du transport dans le cadre d'un ADEC.

Voir la vidéo réalisée par la Carsat Sud-Est / Opca Transports et Services

En savoir plus :

Formation APTR : devenir Animateur Prévention dans le secteur TRM

Formation APS : devenir Acteur Prévention Secours du secteur TRM

Mémento de la prévention du conducteur routier. AFT, Carcep Prévoyance, Assurance maladie Risques Professionnels 2017.

Le risque routier, Carsat Sud-Est, 2015.

ED 6219. Fiche salarié : Conducteurs de poids lourd, préservez votre santé et votre sécurité !  INRS, 2015.

ED 6189. Rouler et manutentionner en sécurité. Guide et choix des équipements des poids lourds. INRS, 2014.

Consulter également la page INRS dédiée au Transport Routier de Marchandises.

337 fois
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Fil d'Actu

Les Matinées employeurs sont de retour !

La lombalgie liée au travail a de nombreuses conséquences : arrêt de travail, absentéisme et souffrance pour le salarié ;…

Déclaration Commune, lancement de la charte Qualité de Vie au Travail en Provence-Alpes-Côte d’Azur

La démarche Qualité de Vie au Travail (QVT) vise à développer la sécurité des parcours professionnels tout au long de…

Abonnez-vous à la lettre d'informations

Tenez-vous informés de toutes les nouveautés en vous abonnant à nos newsletters.

Le Saviez-vous

Le CSE (comité social et économique) : rôle, fonctionnement et mise en place

Les ordonnances Macron du 22 septembre 2017 (ordonnance 1386), dans le cadre de la réforme du Code du travail, créent le comité économique et social (CSE). Il remplacera les représentants élus du personnel dans l'entreprise.

Synergie : L’outil pédagogique au service de la sécurité en entreprise

L’Inrs a réalisé l’importance d’informer et de former les nouveaux arrivants (embauchés, apprentis,  stagiaires) à la santé sécurité au travail. Les risques sont importants et les chiffres parlent d’eux même (15% des accidents graves et mortels se produisent au cours des 3 premiers mois d’embauche).

TPE : Evaluer les risques avec les outils OiRA

C’est l’agence européenne pour la santé et sécurité au travail qui a déployé le projet OiRA  (Online interactive risk assessment) au niveau européen. L’objectif est de permettre aux petites entreprises d’évaluer en ligne leurs risques.

Le kiosque

Référence DT08-030-17DE

Référence DT08-112-18A

Référence DT08-032-17A

Référence ED 6297

Référence ED 6298

Référence ED 6275

0
Partages